Le bizarreries du 1700. Quand la production est inversement proportionnelle à la variété.

En attaquant l’analyse de l’année 1700, après avoir été submergée par la richesse et la pluralité des motifs marquant le papier des actes des années précédentes, j’étais prête à tout, sauf à ce que j’ai trouvé.

Deux phénomènes inédits ont troublé les dépouillements et surpris mon âme de filigraniste :

  1. Un filigrane ainsi dit « double », c’est-à-dire composé d’une marque et d’une contremarque, placées chacune dans une moitié de la feuille, mais où la marque et la contremarque sont constituées par le même motif ;
  2. L’omniprésence du susdit filigrane.

1.

Les cas de filigranes doubles ou même triple, où la marque et la contremarque sont accompagnées par un troisième élément distinctif dit signe supplémentaire, n’étaient pas une nouveauté. Ce qui était étrange, ou tout simplement inconnu d’après mon expérience, c’était l’usage du même motif pour marquer les deux moitiés de la feuille. Il s’agit des armes de France et de Navarre, surmontées par une couronne, entourées par des feuilles de palme et complétées par une bande « PARIS » au-dessous.

A vrai dire, pour rendre les choses plus intéressantes, ce filigrane se décline dans différentes versions et se retrouve sur deux types de format :

Feuille entière /
Demie-feuille
Marque Contremarque Signe
supplémentaire
Feuille entière Armes
« PARIS »
Armes « PARIS » Pas de signe
supplémentaire
Feuille entière Armes
« PARIS »
Armes « PARIS »
B [cœur] C
Feuille entière Armes
« PARIS »
Armes « PARIS » T [puits] D
Demie-feuille Armes
« PARIS »
Armes « PARIS »
B [cœur] C
Demie-feuille Armes
« PARIS »
Armes « PARIS » Pas de signe
supplémentaire

En ce qui concerne les demies-feuilles, l’orientation des armes, perpendiculaires aux chaînettes, fait comprendre que la forme (moule) avait été conçue pour produire des feuilles destinées à être coupées en deux, permettant ainsi de doubler la productivité. Ces actes de format réduit, par ailleurs, sont souvent isolés dans des chemises de feuilles vierges ou imprimées.

Sur la feuille entière, ainsi que sur la demie-feuille, les armes sont centrées sur les deux moitiés dans lesquelles la feuille ou la demie-feuille est pliée, et le signe supplémentaire se trouve en plein milieu, sur le pli.

Aussi, sur les feuilles entières, un signe supplémentaire peut être ajouté ultérieurement sur la marge d’un des deux côtés courts de la feuille : il s’agit d’un filigrane reproduisant la date « 1695 », tournée à 90 degrés.

Du côté moule de la feuille, qui permet de lire « PARIS » dans le sens de lecture, la date est visible au miroir.

Quelle est la signification des groupes alphabétiques ? Il est fort probable que derrière « B [cœur] C » se cache la figure de Benoît Colombier, papetier d’Ambert (Puy-de-Dôme). En ce qui concerne l’autre, « T [puits] D », il s’agirait des initiales de Thomas Dupuy, fabricant de papier et beau-frère de Benoît Colombier, qui en avait épousé en 1660 la sœur, Jeanne. Chez Colombier, Thomas Dupuy avait appris son métier avant d’acquérir le domaine et la papeterie de la Grandrive (près d’Ambert).

2.

Ces armes sont partout. Mais réellement partout. Il n’y a pas de registres où elles ne pointent pas leurs feuillages couronnés. Tous les notaires de toutes les études de Paris se servaient de ce type de papier, timbré ou pas, en 1700. Pour être précis, d’autres marques apparaissent mais de manière nettement moins importante, ce qui oblige à douter de leur datation en 1700 ; il pourrait s’agir plutôt de restes de rames plus anciennes ou d’ajouts postérieurs, comme ce serait le cas, notamment, des feuilles utilisées comme chemises pour abriter les actes de plus petit format.

Qu’est-ce que c’est ce monopole « B [cœur] C » / « T [puits] D » ? Est-ce que cela venait de la volonté des notaires de Paris de traiter avec ces deux fournisseurs ? Ou alors, s’agissant souvent de papier timbré, y aurait-il eu un privilège accordé par la Monarchie à ces deux papeteries, chez lesquelles les notaires auraient dû s’approvisionner ? Benoît Colombier et Thomas Dupuy, le trust parisien au XVIIIe ?

L’enquête est ouverte. A suivre.

Ilaria Pastrolin


2 réponses sur “Le bizarreries du 1700. Quand la production est inversement proportionnelle à la variété.”

  1. Une édition des années 1755 portent en filigrane, la grappe de raisin à droite et un A majuscule à gauche

    Peut-on retrouver ainsi le fournisseur du papier

    1. Bonjour,
      Merci de votre intérêt.
      Je vous invite à nous adresser un courriel avec plus de détails.
      Bien cordialement.

Répondre à Ilaria Pastrolin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.