Un filigraniste ne prend pas de vacances

Quand on ne donne pas de nouvelles, la raison peut demeurer dans la fainéantise et dans le désintérêt, ou alors dans l’intensité du rythme de vie. C’est précisément cette seconde option qui explique le silence des derniers mois, qui ont été riches et enrichissants de plusieurs façons différentes. Puisqu’il faut partager les belles choses, suit un résumé de ce qui s’est passé.

Le déplacements professionnels

Le mois de juillet a été, comme on le dit dans mon dialecte en Vénétie, un « fa e desfa » (littéralement, fais et défais) continu, car je n’ai pas cessé de faire et défaire mes valises, monter et descendre du train. Tout d’abord, il y a eu le International Medieval Congress à Leeds, en Angleterre, qui constitue un rendez-vous incontournable pour tous ceux qui s’occupent du Moyen-Age. Pour moi, cela était une première et j’ai eu l’honneur et le plaisir de présenter à un publique hétérogène et très intéressé mes études filigranologiques ainsi que le projet « Filigranes pour tous ».
Ensuite, je me suis rendue à Stuttgart, accompagnée par des collègues de l’IRHT, pour suivre une formation sur la base de données WZIS et sur les techniques de reproduction et de mise en ligne des images de filigranes.

Un nouveau front pour l’entrainement de l’algorithme

Autour de ces déplacements, les travaux aux Archives nationales ont continué en suivant une nouvelle piste d’analyse, qui m’a amenée à quitter temporairement les notaires du Minutier pour faire connaissance avec les fonds du DMAAR, le Département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. C’est à partir de documents conservés ici que M. Charles-Moïse Briquet a tiré les filigranes parisiens reproduits dans son répertoire (en ligne ici), qu’il a été estimé utile de retracer et de prendre en photo, pour entrainer notre algorithme d’une manière différente, à la fois sur les dessins (ceux-ci de Briquet) et sur les filigranes réels. En plus, le fait de retrouver ces 298 filigranes n’a fait qu’élargir ultérieurement la base de référence pour la reconnaissance optique ; M. Briquet ayant tracé des marques qui se trouvent aussi dans les papiers des notaires, il s’agit d’une bonne contribution, qui permettra d’avancer avec plus d’efficacité quand on reviendra aux registres du Minutier, à la fin de l’été.

A la fin de l’été… Donc, effectivement, un filigraniste passionné par son métier n’a pas de vacances mais, certes, beaucoup de satisfactions.

Ilaria Pastrolin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.