Analyse de corpus d’images (28 mars 2018, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu)

Quand un atelier devient (aussi) nourriture pour l’esprit.


Un cadeau. Cet après-midi d’étude, tombé par hasard dans mon agenda, s’est révélé un cadeau (Noël à Pâques, dirait-on). Non seulement la gentillesse et le professionnalisme des organisateurs, des intervenants et des participants ont été remarquables, mais aussi la richesse des échanges et des questions, ouvertement posées et franchement traitées. Autre élément à signaler, qui touche le cœur dans le monde d’aujourd’hui (et pas uniquement dans le domaine de la recherche) : la volonté de réunir dans une seule salle des gens travaillant tous sur le traitement numérique des images. Ce dernier point est fondamental. Souvent, quand on est accaparé par son projet, on oublie de vérifier si d’autres personnes ont déjà exploré les mêmes voies, fait les mêmes recherches ou, potentiellement, sont tombées sur les mêmes impasses et erreurs. Il ne s’agit pas de copier les idées d’autrui, mais bien de créer un réseau collaboratif et participatif. Le partage de la connaissance fortifie la recherche et cela ne peut que convenir à tout le monde.

Les projets présentés ayant donc des points en commun, une sorte de fraternité était perceptible et a permis un déroulement homogène, cohérent, mais aussi vivant et stimulant. Tous visent à créer des moteurs de recherche pour et par des images, cherchent à collecter des images pour l’entraînement d’un algorithme, travaillent sur les données collectées (indexation, segmentation et analyse des sections dans l’image) et montrent un fort intérêt pour IIIF.

Inutile de revenir sur chacun des ces projets ; cela n’aurait pas de sens de répéter les informations qu’on peut facilement retrouver dans leurs pages web (Gallica.pix, DiginPix, SIAMESE, CLAMM, …). Mais je ne peux pas m’empêcher d’extraire deux réflexions qui me parlent davantage en tant que membre de l’équipe « Filigranes pour tous ». D’abord, un remerciement à Nicolas Hervé pour la clarté avec laquelle il a souligné ce point : il faut constituer des bases de données d’apprentissage adaptées au besoin de son projet, bien nourries et également bien labellisées. Sans quoi, des systèmes de reconnaissance efficaces ne seront pas envisageables. Ensuite, bravo à Melvin Wevers, seul intervenant anglophone, qui a proposé pour l’avenir trois objectifs à mêler et à faire progresser de manière complémentaire : disposer de plus en plus de données labellisées, combiner analyse visuelle et textuelle, chercher des collaborations entre l’Informatique et les Lettres.

De la part de l’ex-étudiante de Lettres classiques que je suis, ne peut qu’arriver un sonore amen.

Ilaria Pastrolin

La découverte du jour (pour moi) : IIIF

Réflexions d’une néophyte après « Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit : un événement Biblissima et IIIF » (Paris, 15 mars 2018)


Avoir un manuscrit ou un imprimé dans les mains permet de le feuilleter, de prendre conscience de son état et des ses caractéristiques matérielles, de le lire à la distance d’où l’on veut, de le faire bouger (doucement), de toucher et analyser ses feuilles comme il faut (l’esprit qui anime ce blog ajouterait « et de chercher les filigranes ! »). Il n’y a pas de doute : l’analyse autoptique est celle qui apporte le plus de bénéfices. Toutefois, il n’est pas toujours possible de se rendre personnellement là où le document se trouve ou de l’emprunter auprès de l’établissement qui le conserve.

Aujourd’hui on peut dire, heureusement, « pas de panique ! », non tutto è perduto, grâce au numérique : de plus en plus de bibliothèques, archives et musées suivent la tendance actuelle qui consiste à créer une collection digitale de leur patrimoine. Ce qui devient une ressource importante pour les chercheurs, voire la seule bouée de sauvetage quand il n’y a pas d’accès direct possible aux documents. Ce travail de numérisation a été mené, jusqu’à présent, de manière assez autonome par les différents établissements, ce qui a produit un écosystème digital plutôt hétérogène et fragmenté. Chaque collection reste sur sa petite planète et l’utilisateur doit se déplacer de l’une à l’autre, en trouvant à chaque fois des conditions d’usage et qualitatives différentes. C’est la logique du « silo », comme cela a bien été défini le 15 mars 2018 à la journée « Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit », événement organisé par Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Après une matinée de présentation du portail Biblissima, le public a profité d’un après-midi dense et riche, dédié à la première rencontre francophone autour de l’initiative internationale IIIF pour l’interopérabilité des images (International Image Interoperability Framework – IIIF). Dans cet écosystème de silos, IIIF se propose comme outil de dépannage, capable de mettre en communication les collections numériques à travers un seul canal de visualisation des images. Et quel canal !, ajoutera-t-on, après avoir vu les possibilité que ce système offre. On en a un aperçu grâce à la belle introduction disponible dans le site web de Biblissima, ainsi qu’au document PDF rédigé par Régis Robineau (responsable du portail Biblissima) et accessible via la même page. Il est fortement recommandé de cliquer sur tous les hyperliens, pour tester (et jouer avec) les images IIIF-isées. IIIF permet non seulement de voir les images avec une qualité de résolution très élevée, mais aussi de travailler avec, de les manipuler et de s’en servir activement.

Un outil certainement stimulant pour l’équipe de « Filigranes pour tous », qui fonde ses activités sur des centaines et des centaines d’images de filigranes. Qu’est-ce que IIIF pourrait nous offrir ? Sans doute beaucoup, à suivre.

Ilaria Pastrolin

Filigranes pour tous

Le carnet traite des filigranes du papier en Occident aux époques médiévale et modernes, principalement en France. Il informera sur les recherches en la matière, singulièrement dans le domaine des humanités numériques et s’appuiera sur le développement du projet « Filigranes pour tous » qui prépare la réalisation d’une application de reconnaissance optique de formes destinée aux chercheurs, aux conservateurs et de manière générale à tous les publics intéressés à l’identification automatique des filigranes (antiquariat, amateurs, etc.).