Journée d’étude « Le filigrane, une marque à explorer », 20 octobre 2018, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), Paris

Le samedi 20 octobre 2018, la salle Vasari de l’INHA a hébergé la traditionnelle journée d’étude de l’Association Française pour l’Histoire et l’Étude du Papier et des Papeteries (AFHEPP), branche nationale de l’International Association of Paper Historians (IPH). Cette fois-ci, l’année 2018 fêtant les dix ans de la création de l’AFHEPP, l’Histoire Culturelle et Sociale de l’Art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (HiCSA) et l’Institut national du patrimoine, département des restaurateurs (INP) se sont associés à l’AFHEPP dans l’organisation de la journée, pour célébrer cet anniversaire.

Le sujet choisi était « un précieux indice d’identification des papiers européens, le filigrane ». Pour moi, comme l’on dirait en italien, cela tombait a fagiuolo.

Le programme.

Après les mots d’introduction des organisateurs, j’ai eu le triple honneur de démarrer la journée d’étude, de le faire en binôme avec M. le professeur Neil Harris (Université d’Udine, Italie) et de consacrer l’intervention au père de la filigranologie, Charles-Moïse Briquet, dont l’année 2018 célébrait aussi le centenaire de la mort – sur quoi, j’avais déjà eu l’occasion d’écrire quelques lignes (http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/centenaire-du-filigraniste-charles-moise-briquet). En plus de présenter les travaux concernant la présence de Briquet aux archives de Lyon et d’Udine, cela a constitué l’occasion de mentionner le projet « Briquet Reloaded » (en collaboration avec le projet Bernstein) et d’aborder la méthode d’analyse filigranologique qui y est proposée.

Ensuite, nous avons plongé dans les aspects les plus concrets du sujet avec Claudine Latron, plasticienne papetière et formaire à Mons-en-Baroeul, qui nous a offert une riche présentation des « Techniques artisanales de fabrication des filigranes », enrichie par une contribution vidéo sur son formateur, Ron Macdonald, dernier formaire européen en activité, qui travaillait pour l’entreprise Edwin Amies à Maidstone en Angleterre, décédé en 2017.

Avant la pause-café, Julie Tyrlik, restauratrice du patrimoine, nous a présenté une intéressante « Étude des filigranes d’un incunable de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : typologie, provenances et comparaisons ». L’édition conservée dans le fonds Jean Masson de l’ENSBA du Speculum humanae salvationis, imprimé par Martin Huss en 1479, compte 90 feuilles de format royal et 58 filigranes, qui ont été groupés en 4 motifs et ponctuellement analysés. L’enquête menée sur les marques du papier des ouvrages de Martin Huss, en général, permettrait-elle de reconstruire la politique d’achat et d’approvisionnement de l’atelier ?

Ariane de La Chapelle, restauratrice en documents graphiques à l’atelier de restauration des dessins du Musée du Louvre, a pris ensuite le relais, en nous montrant « Ce que nous révèlent trois siècles plus tard les différentes marques d’eau enfouies dans l’épair des feuilles des grands cartons de Charles Lebrun ». Les dessins préparatoires des décors du Château de Versailles, composés par feuilles de papier de format légèrement différent, sont caractérisés par quatre type de filigranes : la même contremarque « I. LEBLOYS » (nom d’un marchand bourgeois papetier du XVIIe siècle) est associée à la fois avec une grande fleur de lys, un dauphin, un grand soleil et une aigle.

Pour terminer la matinée, la parole a été donnée à Aude Argouse de l’Université du Chili (Santiago, Chili), à propos de « Filigranes et logique des savoirs : la documentation notariale et son ordonnancement au prisme des marques du papier dans le Chili du XVIIe siècle », dans le cadre du projet « Papel sellado ». Quelle place peut avoir l’analyse des filigrane, dans cette belle recherche consacrée au papier timbré dans les archives des escribanos (protocolos notariales ou fondos notariales, ou encore fondos de Escribanos) ?

La première session de l’après-midi a été ouverte par Morgane Royo, conservatrice-restauratrice du patrimoine, spécialisée dans arts graphiques et livres, avec une réflexion sur « Les filigranes occidentaux dans les manuscrits islamiques ». Les pages de garde d’un manuscrit persan de la BIU de médecine de Montpellier, marquées avec un pigeon posé sur trois monts dans un cercle surmonté par la lettre « F » (Fabriano), témoignent de l’importation du papier occidental et, par conséquence, de l’arrivée tardive des filigranes dans le monde oriental.

À la suite, Claire Bustarret (Centre Maurice Halbwachs, CNRS, Paris) et Mathieu DUBOC (Université de Tours/CNRS, Paris) ont présenté « La base de données MUSE et l’étude des filigranes en codicologie moderne et contemporaine ». Acronyme pour « Manuscrits, Usages des Supports d’Écriture », MUSE est une base de données relationnelle, « qui permet d’effectuer une description matérielle systématique et détaillée de tout corpus manuscrit du XVIIIe au XXIe siècle ». S’appuyant sur une méthode d’analyse correcte et solide des marques d’eau, ce projet ne peut qu’attirer les attentions de la filigraniste que je suis et de l’équipe de « Filigranes pour tous ». À suivre, sans doute.

L’absence – hélas ! – de Denis Peaucelle (AFHEPP), qui aurait dû parler de son « Étude des filigranes industriels d’après les dépôts de marques relevés à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) entre 1857 et 1950 » a été couverte par Claire Bustarret et ses recherches concernant les archives littéraires (Valéry, Proust) dans l’histoire du papier.

Après la pause-café, Louis André de l’Université Rennes 2, nous a menés à travers l’histoire et l’évolution du filigrane « MICHALLET », marque de la boutique d’un petit marchand de papier, rendue célèbre par l’usage systématique que le peintre Georges Seurat en a fait pour ses œuvres d’art.

Enfin, Fabienne Ruppen du Musée Städel (Francfort-sur-le-Main, Allemagne) a dignement terminé la journée avec son « Mapping Cézanne. Drawings and Watercolors on Paper from Êmile Desloye. Connaître l’œuvre de Cézanne : dessins et aquarelles réalisés sur les papiers du fabricant Êmile Desloye ». Environ 2100 œuvres de Cézanne étant sur papier, il est possible de compter 212 filigrane, dont l’analyse a permis, dans la plupart des cas, de confirmer ou apporter des informations au niveau de la datation.

À 18 heures, après les mots conclusifs du comité organisateur, la salle Vasari s’est vidée et, seulement à ce moment-là, la fatigue a commencé à se faire sentir. Un peu moins d’une dizaine d’heures d’interventions, de partage de connaissance, d’enrichissement mutuel étaient passés : merci à l’AFHEPP, à l’HiCSA et à l’INP pour avoir conçu un programme tellement varié et cohérent que le temps s’est envolé. Tout le monde sera ravi de voir la publication des actes.

Ilaria Pastrolin

Brèves réflexions sur les vies d’une marque de filigranes au Grand Siècle d’après quatre registres notariaux de 1650

Les quatre registres du notaire Jean Marreau concernant l’année 1650 (Archives nationales, étude XVIII, liasses 170 à 173) offrent un exemple très intéressant de vie d’une marque. Vie d’une marque ? Oui, les filigranes ont une vie, dans le sens qu’ils évoluent, surtout quand il s’agit de productions importantes de papier marqué du même motif.

Un des motifs les plus courants de l’année 1650, c’est l’Armoirie couronnée, parti à 1 de fleurs de lys, mi-coupé à 2 et à 3.

Il s’agit des armes d’Anne d’Autriche (1601-1666), mariée en 1615 à Louis XIII (1601-1643), régente pendant la minorité de son fils Louis XIV de 1643 à 1651. Voici la description héraldique du blasonnement : « parti de mi-parti de France, qui est d’azur aux trois fleurs de lys d’or et du coupé en chef parti en 1 écartelé en 1 et 4, de gueules au château d’or ouvert et ajouré d’azur et en 2 et 3 d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or, en 2 parti en 1 d’or à quatre pals de gueules et en 2 écartelé en sautoir d’or aux quatre pals de gueules et d’argent à l’aigle de sable, accompagné en pointe d’argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople, sur le tout d’argent aux cinq écus d’azur disposés en croix, chaque écu chargé de douze besants d’argent et en pointe écartelé en 1 de gueules à la fasce d’argent, en 2 d’azur semé de fleurs de lys d’or à la bande componée d’argent et de gueules, en 3 bandé d’or et d’azur de six pièces, à la bordure de gueules et en 4 de sable au lion d’or, armé et lampassé de gueules, sur le tout parti d’or au lion de sable armé, couronné et lampassé de gueules et d’argent à l’aigle éployé de gueules, membré et becqué d’or » (source Wikipédia, « Armorial des reines de France »).

Ce filigrane se retrouve toujours dans une moitié de la feuille, en combinaison avec une contremarque qui occupe l’autre moitié de la feuille. La contremarque peut être constituée par un couple de lettres « GB », mais aussi un groupe de lettres « AVL » superposées et couronnées.

Dans ce dernier cas, le couple « GB » peut rejoindre la marque principale et trouver sa place dans une bande aux papillotes au-dessous de l’Armoirie.

Cependant, on repère également des cas où l’Armoirie est dépourvue de « GB » mais la contremarque est le groupe « AVL ». Parfois, aussi, le groupe « AVL » perd sa couronne.

Voici une liste des combinaisons repérées dans ces registres :

Marque Contremarque
Armoirie GB
Armoirie + GB AVL avec couronne
Armoirie + GB AVL sans couronne
Armoirie AVL avec couronne

Dans quel ordre doit-on mettre ces étapes, qu’on appellera états du filigrane ? S’agit-il vraiment d’une succession d’étapes ou, plutôt, de variantes coexistantes ?

Il est possible qu’au départ il y eut le type Armoirie simple avec la contremarque « GB » ; puis que l’on ait voulu introduire l’élément « AVL » sans perdre la marque « GB » ; enfin que, à un moment donné, les moules se soient abîmés, causant soit la perte de la couronne au-dessus de « AVL » soit la disparition de « GB » au-dessous de l’Armoirie.

Toutefois, dans nos quatre registres, ces filigranes n’apparaissent pas selon l’ordre (presque) rationnel qu’on vient d’imaginer.

En effet, comme on le voit dans le tableau qui suit, ils se mélangent et, en plus, le type de l’Armoirie simple ayant comme contremarque « GB », qui aurait dû démarrer la série, se trouve exclusivement dans les deux derniers registres de l’année 1650. Certes, on pourrait se dire que rien n’obligeait maître Marreau et ses clercs à utiliser les rames de papier dans l’ordre d’arrivée ou de production au moulin, et que donc cela n’empêche pas de garder l’hypothèse. Mais de facto la question reste ouverte.

Registre Filigranes
MC/ET/XCVIII/170
Janvier-mars 1650
– Armoirie GB (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
– Armoirie (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
MC/ET/XCVIII/171
Avril-juin 1650
– Armoirie (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
– Armoirie GB (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
MC/ET/XCVIII/172
Juillet-septembre 1650
– Armoirie GB (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
– Armoirie GB (marque) + AVL sans couronne (contremarque)
– Armoirie (marque) + GB (contremarque)
MC/ET/XCVIII/173
Octobre-décembre 1650
Armoirie (marque) + GB (contremarque)

Quand, pourquoi, où, qui, … ?

Par ailleurs, quelle signification attribuer aux lettres qui accompagnent le motif principal ?

Sous les yeux, nous avons toute une histoire à écrire.

Ilaria Pastrolin

Analyse de corpus d’images (28 mars 2018, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu)

Quand un atelier devient (aussi) nourriture pour l’esprit.


Un cadeau. Cet après-midi d’étude, tombé par hasard dans mon agenda, s’est révélé un cadeau (Noël à Pâques, dirait-on). Non seulement la gentillesse et le professionnalisme des organisateurs, des intervenants et des participants ont été remarquables, mais aussi la richesse des échanges et des questions, ouvertement posées et franchement traitées. Autre élément à signaler, qui touche le cœur dans le monde d’aujourd’hui (et pas uniquement dans le domaine de la recherche) : la volonté de réunir dans une seule salle des gens travaillant tous sur le traitement numérique des images. Ce dernier point est fondamental. Souvent, quand on est accaparé par son projet, on oublie de vérifier si d’autres personnes ont déjà exploré les mêmes voies, fait les mêmes recherches ou, potentiellement, sont tombées sur les mêmes impasses et erreurs. Il ne s’agit pas de copier les idées d’autrui, mais bien de créer un réseau collaboratif et participatif. Le partage de la connaissance fortifie la recherche et cela ne peut que convenir à tout le monde.

Les projets présentés ayant donc des points en commun, une sorte de fraternité était perceptible et a permis un déroulement homogène, cohérent, mais aussi vivant et stimulant. Tous visent à créer des moteurs de recherche pour et par des images, cherchent à collecter des images pour l’entraînement d’un algorithme, travaillent sur les données collectées (indexation, segmentation et analyse des sections dans l’image) et montrent un fort intérêt pour IIIF.

Inutile de revenir sur chacun des ces projets ; cela n’aurait pas de sens de répéter les informations qu’on peut facilement retrouver dans leurs pages web (Gallica.pix, DiginPix, SIAMESE, CLAMM, …). Mais je ne peux pas m’empêcher d’extraire deux réflexions qui me parlent davantage en tant que membre de l’équipe « Filigranes pour tous ». D’abord, un remerciement à Nicolas Hervé pour la clarté avec laquelle il a souligné ce point : il faut constituer des bases de données d’apprentissage adaptées au besoin de son projet, bien nourries et également bien labellisées. Sans quoi, des systèmes de reconnaissance efficaces ne seront pas envisageables. Ensuite, bravo à Melvin Wevers, seul intervenant anglophone, qui a proposé pour l’avenir trois objectifs à mêler et à faire progresser de manière complémentaire : disposer de plus en plus de données labellisées, combiner analyse visuelle et textuelle, chercher des collaborations entre l’Informatique et les Lettres.

De la part de l’ex-étudiante de Lettres classiques que je suis, ne peut qu’arriver un sonore amen.

Ilaria Pastrolin

La découverte du jour (pour moi) : IIIF

Réflexions d’une néophyte après « Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit : un événement Biblissima et IIIF » (Paris, 15 mars 2018)


Avoir un manuscrit ou un imprimé dans les mains permet de le feuilleter, de prendre conscience de son état et des ses caractéristiques matérielles, de le lire à la distance d’où l’on veut, de le faire bouger (doucement), de toucher et analyser ses feuilles comme il faut (l’esprit qui anime ce blog ajouterait « et de chercher les filigranes ! »). Il n’y a pas de doute : l’analyse autoptique est celle qui apporte le plus de bénéfices. Toutefois, il n’est pas toujours possible de se rendre personnellement là où le document se trouve ou de l’emprunter auprès de l’établissement qui le conserve.

Aujourd’hui on peut dire, heureusement, « pas de panique ! », non tutto è perduto, grâce au numérique : de plus en plus de bibliothèques, archives et musées suivent la tendance actuelle qui consiste à créer une collection digitale de leur patrimoine. Ce qui devient une ressource importante pour les chercheurs, voire la seule bouée de sauvetage quand il n’y a pas d’accès direct possible aux documents. Ce travail de numérisation a été mené, jusqu’à présent, de manière assez autonome par les différents établissements, ce qui a produit un écosystème digital plutôt hétérogène et fragmenté. Chaque collection reste sur sa petite planète et l’utilisateur doit se déplacer de l’une à l’autre, en trouvant à chaque fois des conditions d’usage et qualitatives différentes. C’est la logique du « silo », comme cela a bien été défini le 15 mars 2018 à la journée « Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit », événement organisé par Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Après une matinée de présentation du portail Biblissima, le public a profité d’un après-midi dense et riche, dédié à la première rencontre francophone autour de l’initiative internationale IIIF pour l’interopérabilité des images (International Image Interoperability Framework – IIIF). Dans cet écosystème de silos, IIIF se propose comme outil de dépannage, capable de mettre en communication les collections numériques à travers un seul canal de visualisation des images. Et quel canal !, ajoutera-t-on, après avoir vu les possibilité que ce système offre. On en a un aperçu grâce à la belle introduction disponible dans le site web de Biblissima, ainsi qu’au document PDF rédigé par Régis Robineau (responsable du portail Biblissima) et accessible via la même page. Il est fortement recommandé de cliquer sur tous les hyperliens, pour tester (et jouer avec) les images IIIF-isées. IIIF permet non seulement de voir les images avec une qualité de résolution très élevée, mais aussi de travailler avec, de les manipuler et de s’en servir activement.

Un outil certainement stimulant pour l’équipe de « Filigranes pour tous », qui fonde ses activités sur des centaines et des centaines d’images de filigranes. Qu’est-ce que IIIF pourrait nous offrir ? Sans doute beaucoup, à suivre.

Ilaria Pastrolin

Filigranes pour tous

Le carnet traite des filigranes du papier en Occident aux époques médiévale et modernes, principalement en France. Il informera sur les recherches en la matière, singulièrement dans le domaine des humanités numériques et s’appuiera sur le développement du projet « Filigranes pour tous » qui prépare la réalisation d’une application de reconnaissance optique de formes destinée aux chercheurs, aux conservateurs et de manière générale à tous les publics intéressés à l’identification automatique des filigranes (antiquariat, amateurs, etc.).