La découverte du jour (pour moi) : IIIF

Réflexions d’une néophyte après « Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit : un événement Biblissima et IIIF » (Paris, 15 mars 2018)


Avoir un manuscrit ou un imprimé dans les mains permet de le feuilleter, de prendre conscience de son état et des ses caractéristiques matérielles, de le lire à la distance d’où l’on veut, de le faire bouger (doucement), de toucher et analyser ses feuilles comme il faut (l’esprit qui anime ce blog ajouterait « et de chercher les filigranes ! »). Il n’y a pas de doute : l’analyse autoptique est celle qui apporte le plus de bénéfices. Toutefois, il n’est pas toujours possible de se rendre personnellement là où le document se trouve ou de l’emprunter auprès de l’établissement qui le conserve.

Aujourd’hui on peut dire, heureusement, « pas de panique ! », non tutto è perduto, grâce au numérique : de plus en plus de bibliothèques, archives et musées suivent la tendance actuelle qui consiste à créer une collection digitale de leur patrimoine. Ce qui devient une ressource importante pour les chercheurs, voire la seule bouée de sauvetage quand il n’y a pas d’accès direct possible aux documents. Ce travail de numérisation a été mené, jusqu’à présent, de manière assez autonome par les différents établissements, ce qui a produit un écosystème digital plutôt hétérogène et fragmenté. Chaque collection reste sur sa petite planète et l’utilisateur doit se déplacer de l’une à l’autre, en trouvant à chaque fois des conditions d’usage et qualitatives différentes. C’est la logique du « silo », comme cela a bien été défini le 15 mars 2018 à la journée « Innover pour redécouvrir le patrimoine écrit », événement organisé par Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Après une matinée de présentation du portail Biblissima, le public a profité d’un après-midi dense et riche, dédié à la première rencontre francophone autour de l’initiative internationale IIIF pour l’interopérabilité des images (International Image Interoperability Framework – IIIF). Dans cet écosystème de silos, IIIF se propose comme outil de dépannage, capable de mettre en communication les collections numériques à travers un seul canal de visualisation des images. Et quel canal !, ajoutera-t-on, après avoir vu les possibilité que ce système offre. On en a un aperçu grâce à la belle introduction disponible dans le site web de Biblissima, ainsi qu’au document PDF rédigé par Régis Robineau (responsable du portail Biblissima) et accessible via la même page. Il est fortement recommandé de cliquer sur tous les hyperliens, pour tester (et jouer avec) les images IIIF-isées. IIIF permet non seulement de voir les images avec une qualité de résolution très élevée, mais aussi de travailler avec, de les manipuler et de s’en servir activement.

Un outil certainement stimulant pour l’équipe de « Filigranes pour tous », qui fonde ses activités sur des centaines et des centaines d’images de filigranes. Qu’est-ce que IIIF pourrait nous offrir ? Sans doute beaucoup, à suivre.

Ilaria Pastrolin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.