Brèves réflexions sur les vies d’une marque de filigranes au Grand Siècle d’après quatre registres notariaux de 1650

Les quatre registres du notaire Jean Marreau concernant l’année 1650 (Archives nationales, étude XVIII, liasses 170 à 173) offrent un exemple très intéressant de vie d’une marque. Vie d’une marque ? Oui, les filigranes ont une vie, dans le sens qu’ils évoluent, surtout quand il s’agit de productions importantes de papier marqué du même motif.

Un des motifs les plus courants de l’année 1650, c’est l’Armoirie couronnée, parti à 1 de fleurs de lys, mi-coupé à 2 et à 3.

Il s’agit des armes d’Anne d’Autriche (1601-1666), mariée en 1615 à Louis XIII (1601-1643), régente pendant la minorité de son fils Louis XIV de 1643 à 1651. Voici la description héraldique du blasonnement : « parti de mi-parti de France, qui est d’azur aux trois fleurs de lys d’or et du coupé en chef parti en 1 écartelé en 1 et 4, de gueules au château d’or ouvert et ajouré d’azur et en 2 et 3 d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or, en 2 parti en 1 d’or à quatre pals de gueules et en 2 écartelé en sautoir d’or aux quatre pals de gueules et d’argent à l’aigle de sable, accompagné en pointe d’argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople, sur le tout d’argent aux cinq écus d’azur disposés en croix, chaque écu chargé de douze besants d’argent et en pointe écartelé en 1 de gueules à la fasce d’argent, en 2 d’azur semé de fleurs de lys d’or à la bande componée d’argent et de gueules, en 3 bandé d’or et d’azur de six pièces, à la bordure de gueules et en 4 de sable au lion d’or, armé et lampassé de gueules, sur le tout parti d’or au lion de sable armé, couronné et lampassé de gueules et d’argent à l’aigle éployé de gueules, membré et becqué d’or » (source Wikipédia, « Armorial des reines de France »).

Ce filigrane se retrouve toujours dans une moitié de la feuille, en combinaison avec une contremarque qui occupe l’autre moitié de la feuille. La contremarque peut être constituée par un couple de lettres « GB », mais aussi un groupe de lettres « AVL » superposées et couronnées.

Dans ce dernier cas, le couple « GB » peut rejoindre la marque principale et trouver sa place dans une bande aux papillotes au-dessous de l’Armoirie.

Cependant, on repère également des cas où l’Armoirie est dépourvue de « GB » mais la contremarque est le groupe « AVL ». Parfois, aussi, le groupe « AVL » perd sa couronne.

Voici une liste des combinaisons repérées dans ces registres :

Marque Contremarque
Armoirie GB
Armoirie + GB AVL avec couronne
Armoirie + GB AVL sans couronne
Armoirie AVL avec couronne

Dans quel ordre doit-on mettre ces étapes, qu’on appellera états du filigrane ? S’agit-il vraiment d’une succession d’étapes ou, plutôt, de variantes coexistantes ?

Il est possible qu’au départ il y eut le type Armoirie simple avec la contremarque « GB » ; puis que l’on ait voulu introduire l’élément « AVL » sans perdre la marque « GB » ; enfin que, à un moment donné, les moules se soient abîmés, causant soit la perte de la couronne au-dessus de « AVL » soit la disparition de « GB » au-dessous de l’Armoirie.

Toutefois, dans nos quatre registres, ces filigranes n’apparaissent pas selon l’ordre (presque) rationnel qu’on vient d’imaginer.

En effet, comme on le voit dans le tableau qui suit, ils se mélangent et, en plus, le type de l’Armoirie simple ayant comme contremarque « GB », qui aurait dû démarrer la série, se trouve exclusivement dans les deux derniers registres de l’année 1650. Certes, on pourrait se dire que rien n’obligeait maître Marreau et ses clercs à utiliser les rames de papier dans l’ordre d’arrivée ou de production au moulin, et que donc cela n’empêche pas de garder l’hypothèse. Mais de facto la question reste ouverte.

Registre Filigranes
MC/ET/XCVIII/170
Janvier-mars 1650
– Armoirie GB (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
– Armoirie (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
MC/ET/XCVIII/171
Avril-juin 1650
– Armoirie (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
– Armoirie GB (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
MC/ET/XCVIII/172
Juillet-septembre 1650
– Armoirie GB (marque) + AVL avec couronne (contremarque)
– Armoirie GB (marque) + AVL sans couronne (contremarque)
– Armoirie (marque) + GB (contremarque)
MC/ET/XCVIII/173
Octobre-décembre 1650
Armoirie (marque) + GB (contremarque)

Quand, pourquoi, où, qui, … ?

Par ailleurs, quelle signification attribuer aux lettres qui accompagnent le motif principal ?

Sous les yeux, nous avons toute une histoire à écrire.

Ilaria Pastrolin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.