Journée d’étude « Le filigrane, une marque à explorer », 20 octobre 2018, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), Paris

Le samedi 20 octobre 2018, la salle Vasari de l’INHA a hébergé la traditionnelle journée d’étude de l’Association Française pour l’Histoire et l’Étude du Papier et des Papeteries (AFHEPP), branche nationale de l’International Association of Paper Historians (IPH). Cette fois-ci, l’année 2018 fêtant les dix ans de la création de l’AFHEPP, l’Histoire Culturelle et Sociale de l’Art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (HiCSA) et l’Institut national du patrimoine, département des restaurateurs (INP) se sont associés à l’AFHEPP dans l’organisation de la journée, pour célébrer cet anniversaire.

Le sujet choisi était « un précieux indice d’identification des papiers européens, le filigrane ». Pour moi, comme l’on dirait en italien, cela tombait a fagiuolo.

Le programme.

Après les mots d’introduction des organisateurs, j’ai eu le triple honneur de démarrer la journée d’étude, de le faire en binôme avec M. le professeur Neil Harris (Université d’Udine, Italie) et de consacrer l’intervention au père de la filigranologie, Charles-Moïse Briquet, dont l’année 2018 célébrait aussi le centenaire de la mort – sur quoi, j’avais déjà eu l’occasion d’écrire quelques lignes (http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/centenaire-du-filigraniste-charles-moise-briquet). En plus de présenter les travaux concernant la présence de Briquet aux archives de Lyon et d’Udine, cela a constitué l’occasion de mentionner le projet « Briquet Reloaded » (en collaboration avec le projet Bernstein) et d’aborder la méthode d’analyse filigranologique qui y est proposée.

Ensuite, nous avons plongé dans les aspects les plus concrets du sujet avec Claudine Latron, plasticienne papetière et formaire à Mons-en-Baroeul, qui nous a offert une riche présentation des « Techniques artisanales de fabrication des filigranes », enrichie par une contribution vidéo sur son formateur, Ron Macdonald, dernier formaire européen en activité, qui travaillait pour l’entreprise Edwin Amies à Maidstone en Angleterre, décédé en 2017.

Avant la pause-café, Julie Tyrlik, restauratrice du patrimoine, nous a présenté une intéressante « Étude des filigranes d’un incunable de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : typologie, provenances et comparaisons ». L’édition conservée dans le fonds Jean Masson de l’ENSBA du Speculum humanae salvationis, imprimé par Martin Huss en 1479, compte 90 feuilles de format royal et 58 filigranes, qui ont été groupés en 4 motifs et ponctuellement analysés. L’enquête menée sur les marques du papier des ouvrages de Martin Huss, en général, permettrait-elle de reconstruire la politique d’achat et d’approvisionnement de l’atelier ?

Ariane de La Chapelle, restauratrice en documents graphiques à l’atelier de restauration des dessins du Musée du Louvre, a pris ensuite le relais, en nous montrant « Ce que nous révèlent trois siècles plus tard les différentes marques d’eau enfouies dans l’épair des feuilles des grands cartons de Charles Lebrun ». Les dessins préparatoires des décors du Château de Versailles, composés par feuilles de papier de format légèrement différent, sont caractérisés par quatre type de filigranes : la même contremarque « I. LEBLOYS » (nom d’un marchand bourgeois papetier du XVIIe siècle) est associée à la fois avec une grande fleur de lys, un dauphin, un grand soleil et une aigle.

Pour terminer la matinée, la parole a été donnée à Aude Argouse de l’Université du Chili (Santiago, Chili), à propos de « Filigranes et logique des savoirs : la documentation notariale et son ordonnancement au prisme des marques du papier dans le Chili du XVIIe siècle », dans le cadre du projet « Papel sellado ». Quelle place peut avoir l’analyse des filigrane, dans cette belle recherche consacrée au papier timbré dans les archives des escribanos (protocolos notariales ou fondos notariales, ou encore fondos de Escribanos) ?

La première session de l’après-midi a été ouverte par Morgane Royo, conservatrice-restauratrice du patrimoine, spécialisée dans arts graphiques et livres, avec une réflexion sur « Les filigranes occidentaux dans les manuscrits islamiques ». Les pages de garde d’un manuscrit persan de la BIU de médecine de Montpellier, marquées avec un pigeon posé sur trois monts dans un cercle surmonté par la lettre « F » (Fabriano), témoignent de l’importation du papier occidental et, par conséquence, de l’arrivée tardive des filigranes dans le monde oriental.

À la suite, Claire Bustarret (Centre Maurice Halbwachs, CNRS, Paris) et Mathieu DUBOC (Université de Tours/CNRS, Paris) ont présenté « La base de données MUSE et l’étude des filigranes en codicologie moderne et contemporaine ». Acronyme pour « Manuscrits, Usages des Supports d’Écriture », MUSE est une base de données relationnelle, « qui permet d’effectuer une description matérielle systématique et détaillée de tout corpus manuscrit du XVIIIe au XXIe siècle ». S’appuyant sur une méthode d’analyse correcte et solide des marques d’eau, ce projet ne peut qu’attirer les attentions de la filigraniste que je suis et de l’équipe de « Filigranes pour tous ». À suivre, sans doute.

L’absence – hélas ! – de Denis Peaucelle (AFHEPP), qui aurait dû parler de son « Étude des filigranes industriels d’après les dépôts de marques relevés à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) entre 1857 et 1950 » a été couverte par Claire Bustarret et ses recherches concernant les archives littéraires (Valéry, Proust) dans l’histoire du papier.

Après la pause-café, Louis André de l’Université Rennes 2, nous a menés à travers l’histoire et l’évolution du filigrane « MICHALLET », marque de la boutique d’un petit marchand de papier, rendue célèbre par l’usage systématique que le peintre Georges Seurat en a fait pour ses œuvres d’art.

Enfin, Fabienne Ruppen du Musée Städel (Francfort-sur-le-Main, Allemagne) a dignement terminé la journée avec son « Mapping Cézanne. Drawings and Watercolors on Paper from Êmile Desloye. Connaître l’œuvre de Cézanne : dessins et aquarelles réalisés sur les papiers du fabricant Êmile Desloye ». Environ 2100 œuvres de Cézanne étant sur papier, il est possible de compter 212 filigrane, dont l’analyse a permis, dans la plupart des cas, de confirmer ou apporter des informations au niveau de la datation.

À 18 heures, après les mots conclusifs du comité organisateur, la salle Vasari s’est vidée et, seulement à ce moment-là, la fatigue a commencé à se faire sentir. Un peu moins d’une dizaine d’heures d’interventions, de partage de connaissance, d’enrichissement mutuel étaient passés : merci à l’AFHEPP, à l’HiCSA et à l’INP pour avoir conçu un programme tellement varié et cohérent que le temps s’est envolé. Tout le monde sera ravi de voir la publication des actes.

Ilaria Pastrolin


2 réponses sur “Journée d’étude « Le filigrane, une marque à explorer », 20 octobre 2018, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), Paris”

  1. Bonjour, Madame Pastrolin,
    découvrant votre article en ‘Mémoire d’avenir’ /Archives nationales, n°36, page 10, et me reportant à votre site. Je souhaiterais votre conseil ? sur un recueil imprimé à Lyon (1561), ‘L’Apocalypse figurée’, texte et planches en regard, dû au graveur Jean Duvet, l’imprimeur n’est pas indiqué, et les circonstances de parution restent floues.
    Peut-on selon vous programmer un examen, ou accéder à un programme en cours, comparatif, des filigranes sur les exemplaires et tirages conservés ? Grand merci !
    par avance, bien cordialement
    Geoffrey Duvoy – BP.35 / Nogent 52800 – F.

    1. Cher M. Duvoy,
      Merci de votre message. Avez-vous déjà pu observer les filigranes, s’il y en a ? Si oui, avez-vous pris des photos, à l’aide d’une source lumineuse placée derrière la feuille ? Je vous invite à nous adresser un courriel, éventuellement avec les images, mais aussi pour développer un contact plus personnel et détaillé.
      Bien cordialement,
      Ilaria Pastrolin

Répondre à Ilaria Pastrolin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.