Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ

Filigranes pour tous fête bientôt son deuxième anniversaire et, ainsi, arrive à son terme : en janvier 2020 s’achèvera la période expérimentale de deux ans, qui avait été proposée en 2017, gagnant l’appel d’offre de l’IRIS « Science des données, Donnée de la Science » de l’université PSL, et avait débuté en janvier 2018.

Pendant ces deux années, des centaines de registres du Minutier central des notaires de Paris ont été dépouillés, concernant les années 1500, 1525, 1550, 1575, 1600, 1625, 1650, 1675 et 1700, et 361 filigranes différents ont été repérés et photographiés.

L’application que le projet visait à créer, enfin, existe et, même si elle nécessite de certains ajustements, peut être utilisée à partir d’un ordinateur ou téléchargée sur son portable.

Avec l’achèvement de Filigranes pour tous et de mon engagement sur cela, ce carnet de recherche sera aussi moins vif ; il gardera tout de même un rôle important d’information sur l’application (voir le tutorial) et sur la technologie qui y est derrière, ainsi que de première approche au monde de la filigranologie et des études sur le papier.

Certes, c’est la fin mais, en effet, ce n’est qu’un point de départ : comme le grain en disparaissant donne vie à la plante, un projet qui laisse un outil et ouvre des pistes de recherche a un avenir potentiel.

De ma part, arriverci e grazie.

Ilaria Pastrolin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.